L’aviatrice Sarah Comeau monte la garde devant le Monument commémoratif de guerre du Canada

Article de nouvelles / Le 21 novembre 2017

Cliquez sur la photo sous la rubrique « Galerie d’images » pour voir d’autres photos.

Texte rédigé par le ministère de la Défense nationale à l’aide de dossiers de Sara Keddy

Six militaires des Forces armées canadiennes et un policier de la Gendarmerie royale du Canada ont joué un rôle important pendant la cérémonie du jour du Souvenir de cette année, à Ottawa.

Ces sept personnes, qui proviennent de partout au pays, se trouvaient à Ottawa du 5 au 12 novembre 2017 afin de vivre une expérience unique : le Programme annuel des sentinelles du jour du Souvenir.

Cette année, c’est l’aviatrice Sarah Comeau, de la 14e Escadre Greenwood, en Nouvelle-Écosse, qui a agi à titre de sentinelle de l’Aviation royale canadienne. Elle s’est jointe aux Forces armées canadiennes en 2014 et travaille actuellement à la 14e Escadre en tant que technicienne en approvisionnement. Elle joue un rôle actif tant dans sa collectivité militaire que civile, notamment en faisant partie de la Garde d’honneur de la 14e Escadre, en ayant occupé la fonction de présidente de la Kingston (en Nouvelle-Écosse) and District Home and School Association et en étant photographe de l’organisation de soccer de Middleton, en Nouvelle-Écosse.

Avant le jour du Souvenir, l’aviatrice Comeau disait avoir hâte de vivre l’expérience, parce qu’elle s’est jointe assez récemment à l’ARC.

« Je suis arrivée à la 14e Escadre en mars 2016; c'est ma première affectation », dit la militaire. Elle s’occupe de « tout ce qui a une plaque d’immatriculation » pour le compte de l’Escadron de génie technique, électrique et mécanique de l’escadre.    

L’aviatrice Comeau est originaire de Greenwood, mais vient d’une famille dont l'histoire ne compte pas d'expérience militaire. Après avoir terminé le secondaire, elle a fait des études en décoration intérieure, a travaillé dans la vente au détail pendant 10 ans à Greenwood, puis a eu deux enfants avant de songer à devenir militaire.

« Quand je me suis enrôlé, mon frère était déjà militaire. Il habite aussi ici, à Greenwood. Tout le monde était surpris de me voir m’enrôler, moi la première, mais j’adoré [l’instruction de base] et je voulais vraiment participer à un déploiement. L’endroit ne m’importait pas, je voulais tout simplement vivre l’expérience. »

Lorsque, au début de l’été, elle a eu l'occasion de présenter sa candidature afin d’exercer le devoir de sentinelle, son enthousiasme et le fait qu’elle répondait à quelques jours près aux exigences de service et d’instruction ont stimulé son intérêt.

« Je veux saisir toutes les occasions, qu’il s’agisse de petits déploiements, d’entraînement, etc. Voilà quelque chose que je pouvais faire. C’est un honneur incroyable de pouvoir représenter l’ARC. »

En plus de participer à la cérémonie du jour du Souvenir tenue au Monument commémoratif de guerre du Canada, le 11 novembre, les sept participants ont pris part à diverses activités, dont visiter la colline du Parlement, Rideau Hall, le Quartier général de la Défense nationale, le Musée canadien de la guerre, le Musée de l’aviation et de l’espace du Canada, ainsi que les installations des opérations techniques et des missions de protection de la GRC.

Les participants au programme ont reçu cet honneur en raison de leur service et en fonction de nombreux critères, notamment leur expérience de déploiement, leur participation communautaire, leur condition physique et leur conduite.

Créé en 1998, le Programme des sentinelles du jour du Souvenir permet de récompenser des soldats, des marins et des aviateurs, hommes et femmes, de la Force régulière et de la Réserve des Forces armées canadiennes ainsi que des policiers de la GRC de leur dévouement, de leur professionnalisme et de leurs réalisations.

Voici d’autres participants au programme de cette année :

le sergent Kevin Beauchemin, commandant des sentinelles,1er Groupe-brigade mécanisé du Canada et Escadron des transmissions, à Edmonton, en Alberta;

le matelot de 1re classe Richard Balbuena, sentinelle de la Marine royale canadienne, Navire canadien de Sa Majesté Fredericton, à Halifax, en Nouvelle-Écosse;

le caporal Michel St-Pierre, sentinelle de l’Armée canadienne, 2e Bataillon des services, à Petawawa, en Ontario;

le sergent Mike Polegi, sentinelle de la Gendarmerie royale du Canada, Gendarmerie royale du Canada, Opérations secrètes, Quartier général de la Division K, à Edmonton, en Alberta;

la lieutenant de vaisseau Elodie Tremblay, infirmière, Quartier général du Groupe des Services de santé des Forces canadiennes, à Ottawa, en Ontario;

le sergent Jimmy Lavallière, invité spécial du chef d’état-major de la Défense, 3e Bataillon, Royal 22e Régiment, à Valcartier, au Québec.

Date de modification :